Comment est fait le calcul de la retraite ?

Un système de déficit de 13 milliards d’euros actuellement et qui le restera au moins pendant les dix prochaines années si rien n’est fait, la nécessité d’envisager une « retraite ultérieure », etc. Dans une note publiée jeudi 21 octobre, la Cour des comptes s’est dite favorable à une réforme des retraites. La réalisation des « efforts » lui semble essentielle pour réduire les déficits, mais aussi pour renforcer l’équité. S’ils évoquent plusieurs pistes de rééquilibrage du système des pensions, les Sages insistent particulièrement sur le report de l’âge.

Le document souligne que les dépenses de retraite représentent 14,7 % du produit intérieur brut (PIB) de la France. « Le contrôle des dépenses de pension nécessite une diminution de l’âge de la retraite ou une diminution du niveau relatif des pensions ». Une deuxième option nécessiterait une augmentation des cotisations, alors que la France fait partie des pays de l’Union européenne où le taux de prélèvement obligatoire est parmi les plus élevés. Cela suffit pour limiter la « marge de manœuvre ».

A lire en complément : Quand la garde alternée ne fonctionne plus ?

« Une consultation approfondie »

De manière générale, la Cour des comptes encourage « la simplification des règles et leur harmonisation entre les régimes, quelles que soient leurs modalités ». À cette fin, il n’exclut pas d’aller « au point de fusionner tous les régimes en un système unifié ». Les magistrats sont également favorables à la convergence des règles de calcul des pensions entre les régimes publics, privés et spéciaux, dans le but d’harmoniser les droits à pension familiale et conjugale. Et dans le cas des métiers qui permettent de prendre sa retraite plus tôt, elle accueillerait favorablement une révision systématique en cas de négociation catégorique du périmètre.

À lire L’âge de la retraite est ramené à 64 ans à partir de 2022 ? Mais surtout, la note souligne l’importance d’une « consultation approfondie pour faire comprendre ses objectifs et un calendrier de mise en œuvre suffisamment étendu pour faciliter l’acceptation et permettre les ajustements nécessaires dans les entreprises ». Sinon, non la réforme sera acceptée.

A lire aussi : Pourquoi la CAF ne paye pas le premier mois ?

ARTICLES LIÉS